Science

Tout savoir sur l’expédition Deep Time dans la grotte de Lombrives

Le 14 mars 2021, la grotte de Lombrives a accueilli en son sein, une équipe de 15 personnes. Il était en réalité question d’une aventure humaine et scientifique hors du commun : l’expédition scientifique « Deep Time ».

Avec à leur tête Christian Clot, l’initiateur du projet, le groupe de participants a eu à passer 40 jours au fond d’une grotte froide et humide totalement isolée du monde extérieur. Découvrez ici ce qu’il faut savoir de cette atypique aventure qui a eu lieu dans les entrailles de la Terre.

Ce qu’il faut savoir de l’expédition scientifique « Deep Time »

Les confinements répétitifs dus à la crise sanitaire de la Covid-19 ont mis en lumière quelques fragilités du cerveau humain. Selon les études, 70 % de personnes se sont retrouvées plongées dans des états de fatigue mentale et 40 % ont perdu la notion du temps.

Mener des recherches sur les capacités du cerveau humain à s’adapter à de nouvelles conditions de vie est alors devenu important. C’est dans cet objectif qu’est née la mission « Deep Time ». En réalité, les scientifiques à la base du projet ont voulu savoir comment pourrait s’adapter un groupe d’individus dans des conditions extrêmes. C’est-à-dire sans repère temporel, sans nouvelles de l’extérieur, dans une température ambiante de 10 °C et un taux d’humidité de 100 %.

Au cours de l’expédition, plusieurs mesures biologiques ont été effectuées sur chaque membre du groupe (taux de mélatonine, de cortisol, température corporelle). Chaque participant a également porté un électroencéphalogramme pour que leur cycle de sommeil et leur performance cognitive soient analysés.

Les objectifs de l’expédition « Deep Time »

Cette mission, première mondiale dans l’univers scientifique, a pour but de comprendre :

  • les impacts de la désynchronisation vis-à-vis d’une nouvelle situation de vie
  • l’adaptation de la plasticité cérébrale relative au temps
  • la capacité d’un groupe d’individus à retrouver une synchronisation fonctionnelle une fois plongée dans un environnement nouveau et en absence du temps.

Christian Clot, leader de l’expédition, affirme qu’« à ce jour, il n’y a aucune étude qui permet de savoir ce qui se passe en situation réelle au moment où il le vit. Il y a peu d’occasions de mener des expériences scientifiques, dans des conditions aussi particulières que celles-ci ». Notons qu’au cours des 40 jours qu’a duré la mission, on ne dénombre pas moins de 50 protocoles scientifiques effectués, et ce, malgré la difficulté des conditions environnementales.

La mission “Deep Time” : Les participants

Pour la réalisation de cette expédition scientifique, les initiateurs ont mis un point d’honneur à sélectionner des profils très variés. On compte donc parmi la quinzaine de participants un enseignant, une bijoutière, un responsable de communication, etc.

Selon les organisateurs, le fait d’être novice dans ce genre d’expédition permettait de conserver un véritable rapport avec l’écosystème. Par ailleurs, la grotte de Lombrives avait été au préalable aménagée avec :

  • un camp de vie où les participants peuvent se retrouver, préparer à manger,etc ;
  • un espace de sommeil
  • un abri scientifique d’une superficie de 10 m².

Dans la peau de nouveaux explorateurs, les 15 membres de l’expédition font la découverte d’un nouveau territoire et d’un système de vie inhabituel. Pour étudier comment l’être humain fait face à ces changements, chacun d’entre eux doit exécuter des tâches précises. Ils doivent également remplir un questionnaire destiné à connaître l’évolution de l’homme dans ce nouvel environnement.

L’expédition « Deep Time » : les expériences

Coupés du monde extérieur, les participants de cette expédition avaient tout de même des ordinateurs portables et quelques autres machines. Le but était en réalité de voir si ces appareils technologiques ont, eux aussi, la capacité de s’adapter aux conditions extrêmes comme l’Homme. Toutefois, il est important de noter ici que ces machines n’étaient pas configurées et ne pouvaient donc pas donner d’indications de temps aux participants de cette expérience.

Par ailleurs, d’autres expériences comme ceux qui portaient sur l’éthologie, la sociologie, la capacité à fonctionner du groupe, la façon dont l’individu s’adapte, ont été réalisées dans cette grotte. On rapporte aussi que des caméras avaient été installées dans afin que les chercheurs puissent rigoureusement suivre et analyser les comportements des participants qui s’y trouvaient.

En résumé, Deep time a été une expérience hors du commun qui a pu démontrer les pouvoirs extraordinaires de l’être humain à s’adapter à toute sorte de situations.